Des contes en partage

Échanges et correspondances entre écoles de France et de Madagascar, autour des contes traditionnels

mercredi 4 avril 2018

Lettre d'Ambodihintsina


Bonjour à vous, écoliers d’Évreux !
Nous avons reçu la visite de Johary et Sophie, avec leurs enfants Félix et Zoé, en plein été : ils ont eu bien chaud, à cette saison, l'eau du lac est brûlante à midi ! Quand l'école est finie, après 13h00, les zébus viennent profiter de l'ombre du préau.

 
On a raconté des histoires le premier jour de l'atelier, le lundi. Comme on est tous un peu timides, on s'est groupés par trois pour soutenir le conteur.
Jenny a raconté "Vady malele" : la femme qui se gratte, Clarissa a raconté "misy olona telo lahy" : trois gars qui cherchent des épouses, Seraphin dit "Lasser" a raconté "Katra", Johary a raconté "Darafify" et Félix a raconté "Takalo". On a travaillé les trois premières histoires en petits groupes, à l'écrit. 
 




Quand on a voté, c'est l'histoire de Katra qui l'a emporté très largement. La mère de Seraphin, Razanazanahary Henriette, était conteuse autrefois, elle a voyagé partout dans l'île, et Seraphin a eu le temps d'entendre ses histoires.




Ce premier jour, après la pause déjeuner, Félix a eu envie de faire un grand chantier de tunnels dans le sable, au bord du lac. On s'y est tous mis, et les chiens du village ont vite apprécié la fraîcheur de nos trous.


Le reste de la semaine, on a travaillé sur l'illustration de Katra, avec l'art gond pour modèle, il paraît que vous connaissez, vous aussi.
Sophie et Johary nous ont appris la chanson de Takalo, et aussi celle de la Grenouille. On a imaginé d'autres strophes pour Takalo, avec tous les noms de robes de zébus qu'on connait ici.

Ils nous ont parlé de vous, on a bien reçu votre courrier et on vous en remercie. Tout a été distribué, et grâce à vos dessins, nos maisons sont décorées : on ne vous oublie pas.
On a aussi parlé des crocodiles, et des fleurs que l'on peut boire...



Nous allons essayer de répondre à vos questions, il y en a beaucoup.

Les animaux de chez nous :
Il y a des serpents, petits et grands. Les plus communs sont les "menarana", qui sortent après la pluie.
Dans le canal à côté, il y a des crocodiles, et parfois, la nuit, ils remontent jusqu'au village pour voler un poulet. Mais c'est rare de les voir.

Notre président, c'est Fredo, le président du Fokontany. Le Président de la République c'est Hery Rajaonarimampianina. Notre monnaie, c'est l'Ariary.

Nos maisons sont en ravimpotsy, en feuilles de ravinala, et les toits sont parfois en tôle.
Ils n'y a pas d'objets électriques car il n'y a pas l'électricité dans le village. Le frigo de la boutique fonctionne avec des panneaux solaires.

Il ne neige jamais, mais nous avons des sapins.
Et aussi des : eucalyptus, coton, hasina, letchi, ampalibe, ravenala, acacia, hintsy (qui donne le nom au village, il y en a un gros derrière l'école), zaty, paokanely, anzavidy, manguier, grevillea, papayer, cocotier, oranger, palmier à huile.

Il n'y a pas de route, donc pas d'auto, mais beaucoup de pirogues !

Nos animaux de compagnie sont les chiens et chats.

Notre journée :

On se lève entre 4 et 5 heures. On va puiser l'eau, se laver dans le lac, faire la vaisselle du soir, s'habiller, puis on mange (quelque chose comme : riz, manioc, fruit à pain, maïs, banane, pain fait dans la marmite, pain trois couleurs, avec du jus). Ensuite on se brosse les dents et on rentre à l'école à 8h30.


A l'école, on apprend : calcul, conjuguaison, connaissances usuelles, vocabulaire, grammaire, histoire, français, géographie et malagasy. On travaille avec des livres, cahiers, stylos, crayons, tableau, craie, chiffon, seau, balai. Il n'y a pas de décoration dans la classe.

Il n'y a pas de cantine.
A la récré, on joue au ballon, on raconte des histoires avec des cailloux, on joue aux osselets, billes, corde à sauter, marelle, élastique.
Et ça dure jusqu'à 13h du lundi au vendredi, avec deux récrés dans la matinée.



Au déjeuner, on mange : riz, poisson, banane, eau du riz, cochon, zébu, volaille, lait de vache, lait de coco, haricots.
Les jours de fêtes, on a du ronakoa (bouillon de poule), du zébu, de l'oie, du gros canard, du dindon.
Pour le 26 juin, Pâques, et le nouvel an, on cotise et on tue un zébu. On fête aussi le famadihana, le retournement des morts.
On ne mange pas de sanglier et on ne peut pas laver un cochon dans le lac car la reine Rasoamasay ne le supporte pas. On ne mange pas de serpent non plus. Dans le lac, il y a aussi des anguilles.



Après manger, on peut faire la sieste, ou aller jouer dans la forêt.
Seraphin et Clarisse aident leurs parents charbonniers, ou dans les rizières. Mardi et jeudi, on ne travaille pas dans la forêt ni dans les champs. On peut couper des arbres pour faire des poteaux carrés vendus à Tamatave, ou du ravenala pour les toits des maisons. Les pêcheurs sortent tous les jours.
Tous les élèves savent ramer sur une pirogue, et réparer les filets, prendre les poissons à la nasse, couper du petit bois, et préparer les repas. Les filles lavent le linge et les gars coupent le bois.





Le soir, on mange pareil, vers 19h. Ensuite on apprend les leçons et on joue aux devinettes. Les soirs de clair de lune, on peut entendre des histoires avec les parents.
On est tous déjà allés à Tamatave, mais jamais à Tana.

Veloma !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire